Passion Photo

Forum photo ambiance conviviale, ouvert à tous.
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
-34%
Le deal à ne pas rater :
Perforateur burineur SDS+ MAKITA DHR202RM1J avec batterie et coffret ...
295.99 € 449.80 €
Voir le deal

 

 Robert Capa

Aller en bas 
AuteurMessage
dave59noir
Co-Admin
Co-Admin
dave59noir

Masculin
Nombre de messages : 6494
Age : 50
Localisation : Nord
Matos : Eos 7D; 400D; EF 70-300 mm f/4-5.6 IS USM; 100mm macro Canon;50 mm f1,8 ; EF 24-105mm f/4L IS USM;extensions Kenko; flash 430EX II
Loisirs : photo, aquariophilie
Date d'inscription : 14/06/2007

Robert Capa Empty
MessageSujet: Robert Capa   Robert Capa Icon_minitimeMar 7 Juil 2009 - 15:42

Robert Capa Capa3

Robert Capa (né le 22 octobre 1913 à Budapest et décédé le 25 mai 1954 en Indochine), de son vrai nom Friedmann Endre Ernő, était un photographe d'origine hongroise.
Il fut peut-être l'un des photographes de guerre les plus célèbres et a couvert les plus grands conflits de son époque.

Biographie

En 1931, lorsqu'il est forcé de quitter sa ville natale pour Berlin,
à l'âge de 17 ans, contraint à l'exil par le régime autoritaire de son
pays natal, il a pour objectif de faire carrière dans le journalisme.
Il trouve un premier travail comme apprenti développeur dans une agence
de photos berlinoise. Parallèlement il suit des études de sciences politiques à la Deutsche Hochschule für Politik.
Il fait la rencontre de Simon Gutman, fondateur de l'agence photos Dephot, qui lui donne l'occasion de couvrir son premier sujet, Léon Trotsky. Il part donc en 1932 à Copenhague (Danemark), pour photographier le responsable communiste pourchassé par des assassins aux ordres de Staline.
Juif, il quitte l'Allemagne pour Paris, lorsque Adolf Hitler accéde au pouvoir. C'est dans cette ville qu'il rencontre dans les cafés de Montparnasse David Seymour et Henri Cartier-Bresson, avec qui il fonde quelques années plus tard la coopérative photographique Magnum.
Il décide de franciser son prénom pour ne pas heurter les
administrations, et se fait connaître sous le nom de André Friedmann.
Épais sourcils, yeux et cheveux noirs, lèvres charnues, son charme est
immense.
Il fait la connaissance de Gerda Taro, une étudiante allemande juive et anti-fasciste, qui d'assistante, devient photographe. Avec cette dernière, il partage une romance.
En 1935, il crée avec elle un subterfuge. Ses photos se vendant très mal en ces temps de disette, il décide de prendre un pseudonyme : « Robert Capa », qui est proche du nom du réalisateur Frank Capra, de plus, en hongrois « cápa »
signifie requin. En prenant ce pseudonyme, il invente tout un
personnage autour de lui. Capa est américain, Capa est chic, Capa est
riche, Capa est mondain.
La même année, il participe à la création de l'agence Alliance-Photo aux côtés de Pierre Boucher et Maria Eisner.

La guerre d'Espagne

Il part avec sa compagne en 1936, couvrir la Guerre civile espagnole aux côtés de troupes républicaines, pour les magazines Vu et Regard.
En Espagne, il devient un fervent anti-fasciste
mais sa seule arme reste son appareil photo. Il va même jusqu'à monter
certaines photos de toutes pièces, notamment une improbable victoire
des forces républicaines.
Mais c'est avec une photographie, devenue depuis célèbre, qu'il obtient une grande renommée. Intitulée Mort d'un soldat républicain,
elle représente un soldat des forces républicaines, en chemise blanche,
s'effondrant après avoir été touché par une balle. Cette photo
symbolisera la guerre d'Espagne et est gravée dans la mémoire
collective. A partir de 1975,
à cause de son engagement une polémique sur l'authenticité de la photos
voit le jour. Mais après enquête, l'identité du soldat est découverte,
il s'agit de Federico Borrell Garcia et il est bien tué le 5 septembre 1936, le jour où Capa prend la photo.
Alors qu'il est à Paris, Gerda Taro est écrasée accidentellement par un char républicain près de Brunete en Espagne lors de la débâcle des troupes républicaines lors du siège de Madrid. Elle décède le 26 juillet 1937 et jusqu'à la fin de sa vie, Capa aime à dire que Gerda et lui étaient mariés.
La seconde guerre sino-japonaise

En 1938, il est envoyé par le magazine Life pour couvrir la seconde guerre sino-japonaise.
Il prend une photo qui fait la couverture de Life, celle d'un enfant chinois, habillé en militaire. Life titra la photo : « Un défenseur de la Chine ».

La Seconde Guerre mondiale

Il émigre à New York rejoindre sa mère et son frère. Là, il est chargé par le magazine Colliers de couvrir le front d'Afrique du Nord en 1942. Il part ensuite en Sicile, suivre pour le magazine Life le débarquement des troupes alliées.
Le 6 juin 1944, toujours pour Life, il est le seul photographe présent lors du débarquement allié en Normandie. C'est avec la première vague d'assaut qu'il arrive sur la plage d'Omaha Beach.
Pendant plus de 6 heures, sous les bombes et entre les balles, il
photographie la guerre au plus près. Aux côtés des soldats, il prend
119 photos. Malheureusement, un laborantin de Life,
pressé par le temps (les photos sont arrivées juste avant le bouclage),
ferme dans sa hâte la porte de l'appareil de séchage. L'émulsion des
pellicules fond. Au final, il ne restera que 11 photos valables, mais
assez floues.
L'une des photos les plus marquantes prises par Capa lors du
débarquement, est celle d'un soldat allié, qui à peine après avoir
quitté sa barge de débarquement, est en train de tenter par tous les
moyens de rester hors de l'eau, alors que le poids de sa mitraillette
l'en empêche. La photo, assez floue pour les raisons évoquées
précédemment, mais bien cadrée, est légendée par [Life]Slightly out of focus, (« un peu floue »), titre que Capa reprend en 1947 pour son autobiographie.
À la Libération, Capa prend des clichés des femmes tondues à Chartres et offre ainsi un témoignage sur l'épuration.

Magnum

En 1947, il fonde avec David Seymour, Henri Cartier-Bresson et George Rodger la coopérative photographique Magnum. Magnum regroupe certainement les plus célèbres photographes et photojournalistes du monde.
Capa et ses amis ont décidé de créer une coopérative et non une
agence pour permettre aux photographes de garder l'intégralité des
droits de leurs photos, ce qui jusque-là n'était pas le cas avec les
agences photos de l'époque.
La collection de Magnum comprend une large variétés de sujets comme : la famille, la drogue, la religion, la guerre, la pauvreté, la famine, le crime, le gouvernement et les célébrités.
En 1951, il devient président de l'agence Magnum mais est contraint de quitter les États-Unis en 1953 suite au maccarthisme car on lui reproche un passé communiste.

Israël

En 1948, il assiste à la naissance de l'État d'Israël. Il développe un lien étroit avec le jeune État, où il se rend à plusieurs reprises entre 1948 et 1950. Les photos prises au cours de ces séjours feront l'objet d'un livre, « Report on Israel », publié en 1950 (avec un texte d'Irwin Shaw).
John Steinbeck

Il entretient une grande amitié avec l'écrivain américain John Steinbeck. Ils partiront ensemble en URSS durant l'année 1947. De ce voyage naît le livre, A Russian Journal, dont les photos sont de Capa.

La guerre d'Indochine

Le magazine Life a besoin d'un photographe pour couvrir la guerre d'Indochine. Étant au Japon en 1954 pour une exposition photos de Magnum, il se porte volontaire. C'est donc aux côtés des troupes françaises qu'il parcourt le Viêt Nam.
Le 25 mai 1954, près du Tonkin, au Viêt Nam, voulant prendre une photo générale des soldats français, il s'écarte du chemin et marche sur une . À titre posthume, la France lui décerna la Croix de guerre.

Le style Capa

Pour qu'une photographie ait le style Capa, il faut qu'elle
soit prise au plus près de l'Homme et de l'action. Il s'intéresse à
l'éphémère de la vie, aux instants fragiles d'une existence.
Dans toutes ses photographies, Robert Capa tenta de prendre
l'instant où l'Homme fait face au danger et parfois à la mort, à la
vérité. Pour cela il faut que le photographe soit le plus près possible
du danger. Robert Capa disait même : « Si ta photo n’est pas bonne, c’est que tu n’étais pas assez près ». Certaines personnes attribuent cette phrase à Gerda Taro.
C'est pour cette raison que ses plus célèbres photographies sont mal
cadrées et bien souvent floues. Il les a prises la plupart du temps
debout ou allongé, la stabilisation de la prise n'est bien souvent pas
possible.
Par exemple, il photographie un coureur du Tour de France
dans sa chambre de repos avec sa femme et ses enfants et le visage
ravagé d'une femme espagnole réfugiée. Son regard c'est celui d'un
humaniste, non pas réellement un artiste, le simple témoin du bonheur
et de la douleur des hommes.
Depuis 1955, le Prix Robert Capa Gold Medal (Médaille d'or Robert Capa) est remis par l’Oversea Press Club of America (OPC) pour « le meilleur grand reportage photographique publié ayant requis un courage et une logistique exceptionnels » (Best published photographic reporting from abroad requiring exceptional courage and enterprise).




Robert Capa Robert_Capa_2

Robert Capa Photo_ROBERT_CAPA

Robert Capa Capa44dt2